+ services en département

Accueil > Concurrence et consommation > Actualités Concurrence et Consommation > DEPANNAGE A DOMICILE : FAITES-VOUS DEPANNER, PAS ARNAQUER !

DEPANNAGE A DOMICILE : FAITES-VOUS DEPANNER, PAS ARNAQUER !

| Publié le 4 octobre 2016 | Dernière mise à jour le 29 décembre 2016
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

L’activité de dépannage à domicile constitue depuis plusieurs années l’un des premiers postes d’enregistrement des plaintes reçues par les services de la DGCCRF (près de 67 % du volume total de plaintes enregistrées sur le secteur du BTP en 2015). Selon le baromètre des réclamations publié en 2014, 8 845 plaintes de consommateurs ont été enregistrées dans le secteur des services d’installation, d’entretien et de réparation.

Les infractions relevées sont nombreuses, diverses et d’une gravité particulière. Les principales catégories d’infractions constatées sont les suivantes :

  • manquements à l’obligation d’information précontractuelle, les clients étant très fréquemment mal voire pas informés sur le(s) prix de la (des) prestation(s) proposée(s) ;
  • infractions aux règles du droit de la consommation encadrant le démarchage à domicile : le plus souvent, aucun contrat écrit n’est remis au consommateur dont le droit de rétractation n’est de surcroît pas respecté par le professionnel ;
  • publicités trompeuses ou ne respectant pas les nouvelles dispositions du code de propriété intellectuelle, issues de la loi relative à la consommation : on déplore encore la distribution dans les boîtes aux lettres de nombreuses plaquettes se référant à tort à des services publics ; ce mode de communication commerciale est particulièrement dommageable, car il consiste à utiliser indûment l’image de services publics ou administrations dans le but de tromper la vigilance du consommateur, qui sera ainsi beaucoup moins méfiant à l’égard des pratiques abusives dont il pourra être la cible ;
  • plus préoccupant encore, des pratiques commerciales agressives ou des abus de faiblesse constituant des infractions pénales d’une particulière gravité.

Pour vous aider et ne pas vous faire armaquer, voici 10 conseils pratiques :

1 - Attention aux prospectus d’aspect « officiels » déposés dans les entrées d’immeubles ou chez certains commerçants ; n’utilisez pas ces numéros de téléphone.
2 - Anticipez et élaborez vous-mêmes votre liste de numéros d’urgence.
3 - Privilégiez le recours à des professionnels recommandés par vos proches, par les fédérations professionnelles ou préalablement identifiés.
4 - N’acceptez pas des réparations au motif qu’elles seront prises en charge par votre assureur.
5 - N’acceptez que les travaux d’urgence, les prestations supplémentaires pourront être effectuées plus tard.
6 - Avant toute intervention, demandez à consulter les tarifs et exigez un devis détaillé et écrit ; ne signez aucun devis qui vous paraisse démesuré.
7 - Si le devis est trop élevé ou s’il n’est pas clair, ne donnez pas suite et contactez un autre prestataire.
8 - Conservez les pièces remplacées ou annoncées comme défectueuses.
9 - Déposez un double de vos clés chez une personne de confiance : gardien, proches.
10- Porte claquée à minuit ? Une nuit d’hôtel peut être la solution la moins onéreuse

Retrouvez toutes les information sur le site :http://www.economie.gouv.fr/dgccrf

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics