+ services en département

Accueil > Concurrence et consommation > Actualités Concurrence et Consommation > La protection économique des résidents en maisons de retraite

La protection économique des résidents en maisons de retraite

| Publié le 21 mars 2014
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Benoît HAMON, ministre délégué à la Consommation et
Michèle DELAUNAY, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, attentifs à la protection des résidents en maison de retraite

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a rendu publique son enquête annuelle sur la protection économique des résidents en maisons de retraites. Il est souligné que les contrôles n’ont pas porté sur la qualité des soins et la prise en charge médico-sociale, qui relèvent d’autres autorités de surveillance. Sur un panel de 25% du total des places qui n’inclut pas les établissements habilités à l’aide sociale (qui forment la très grande majorité des établissements), le taux d’infractions aux règles de protection économique du consommateur demeure très élevé (48% des 278 établissements contrôlés), même si moins élevé que l’an passé (59%). Les anomalies concernant l’information sur les prix, y compris des prestations rendues par des tiers (coiffure, esthétique, etc.) dans les EHPAD, restent très nombreuses et représentent plus de la moitié des infractions relevées.

Fort de ce constat, le Gouvernement mène une action déterminée pour renforcer la protection économique des personnes âgées et dépendantes et de leurs familles. Cette action trouve notamment issue dans la loi relative à la consommation promulguée ce jour et dans le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement qui sera présenté le 9 avril en Conseil des ministres.

Ainsi, parce que les frais facturés par les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes doivent correspondre au service rendu, la loi relative à la consommation portée par Benoît HAMON prohibe la facturation de prestations d’hébergement qui n’ont pas été délivrées, postérieures à la libération de la chambre, comme elle interdit la facturation de frais de remise en état de la chambre en l’absence d’un état des lieux dressé à l’arrivée du résidant.

Le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement, qui sera quant à lui présenté le 9 avril en Conseil des ministres par Michèle DELAUNAY, poursuivra cette démarche en encadrant mieux la revalorisation annuelle des tarifs d’hébergement dans les EHPAD non habilités à l’aide sociale, et en définissant un socle de prestations de base devant être inclus dans le tarif hébergement. La comparaison des tarifs entre établissements sera ainsi facilitée. Un site internet grand public géré par la CNSA publiera l’ensemble des tarifs des établissements.

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics